Retour à la liste

  • 09
    juin
    Jardinage / par : Anne

    Agenda jardin au mois de juin

    Agenda jardin au mois de juin

    Avec tous ces délicieux ponts du mois de mai/juin, on a vite fait d’oublier toutes nos bonnes résolutions au jardin qu’on s’était donné à la bonne année. Du coup, une piqûre de rappel me semblait nécessaire pour ne pas oublier les efforts à fournir durant le mois de juin et que votre jardin-potager vous présente son meilleur profil.
    La vérité c’est que le mois de juin demande au jardinier pas mal de génuflexions. Plantez, semez, repiquez, désherbez, arrosez ... Le jardin-potager prend des couleurs et ce n’est pas pour nous déplaire.

    Le soleil dope les légumes du potager

    • Juin, le temps de la récolte a sonné. Alors on s’installe confortablement* au milieu de son potager et on entame à deux mains la récolte de la rhubarbe, l’ail, les salades, les radis (à semer tous les 15 jours de façon à en récolter régulièrement), les oignons blancs, les fraises et les petits pois.

    *Si vous avez commencé la bataille à quatre pattes, vous allez vite vous rendre compte que le coussin de jardin est un petit luxe qui n’a pas son pareil pour soulager les genoux. Jetez un coup d’œil au Garden PIL Nortene qui a su trouver grâce à mes yeux et auprès de mes articulations.

    • Côté semis, c’est le champ des possibles. Aromatiques (aneth, estragon, basilic, origan, cerfeuil), poireaux, carottes sont à semer, et terminez les semis de courgettes et potirons. Laissez tremper les graines de haricots et de persil pendant 24h avant de les semer tous les 15 jours pour échelonner les récoltes.
    • Vous pourrez planter des godets de tomates, courgettes, melons, aubergines achetés sur les marchés ou en pépinières, et pour les amateurs de patates douces c’est l’ouverture de la plantation à 10 cm de profondeur et espacé de 30 cm. Lorsque le plant de patates douces atteindra une quinzaine de centimètres, il faudra penser à butter. Et le petit plus qui confère un charme supplémentaire, est que la fleur blanche au centre mauve est juste superbe.
    • Dernière ligne droite pour repiquer tous les semis à l’abri des mois passés, en prenant soin de conserver un maximum de terre autour des racines et d'arroser généreusement. Il faudra éclaircir les semis pour ne conserver que la plantule la plus belle.
    • L’entretien va être une étape fondamentale. Les fraisiers ont besoin, par exemple, qu’on leur coupe les stolons, ces rameaux grêlés émis par les pieds qui rampent au niveau du sol et s’enracinent au niveau des nœuds, que l’on supprime pour éviter que le plant émetteur ne s’épuise.
    1. Nettoyez régulièrement les mauvaises herbes autour de vos pieds de légumes et paillez pour conserver la fraîcheur du sol.
    2. Tuteurez les plants de tomates, aubergines et poivrons.
    3. Retirez les cloches de protection pour éviter l’effet de serre.
    4. Pincez les melons au-dessus de la 4 ème feuille pour les forcer à se ramifier et à produire plus de fruits.
    5. Arrosez généreusement et vérifiez que le sol est bien humide sur plusieurs centimètres.
    • Mettez en place des protections sur les cerisiers, les framboisiers, les groseilliers, comme avec le filet de protection Pronet ou Easynet Nortene, pour que ces plants soient à l’abri de la gourmandise des oiseaux.

    Au jardin d’agrément

    L’heure est ici au déterrage pour les bulbes de printemps. De même, on n’hésite pas à couper à la moitié de leur longueur les tiges défleuries des rosiers, des glycines. Crocus d’automne, cyclamen, giroflées jaunes et œillets de poète trouveront leur place en terre.

    Sur le balcon

    Plantez les annuelles, les géraniums et les rosiers. Pensez aux impatientes de Nouvelle-Guinée dont la couleur irisée illuminera les zones situées dans l’ombre, et agrémentez vos autres recoins ombragés de plantes au feuillage coloré comme les coléus ou les heuchères. Installez des plantes odorantes dans les potées situées près des ouvertures pour profiter de leurs effluves tout au long de l’année. Terminez la plantation de bulbes de floraison estivale avant la deuxième quinzaine de juin pour ne pas trop retarder la floraison.

    En intérieur

    Arrosez copieusement les plantes d’appartement sans laisser d’eau dans les soucoupes pour que vos plantes ne meurent pas d’asphyxie par les racines. Pour les cactus et plantes grasses, l’arrosage ce sera une fois par semaine.  Pour les bonsaïs qui poussent dans peu de terre, beaucoup d’eau leur sera nécessaire, car elle s’évapore très vite. Et lorsque vous partirez en vacances, le mieux est encore de rempoter les plantes en pot à réserve d’eau, ainsi vous pourrez vous passer de l’aide de vos voisins.

    Encore un dernier conseil. Lorsque vous sortirez vos plantes d’intérieur pour qu’elles profitent du soleil, rappelez-vous que comme vous elles ont besoin d’un temps d’adaptation nécessaire pour ne pas subir de brûlures irrémédiables. La plupart des plantes ne supportent pas le plein soleil, du coup il est préférable de voiler les fenêtres pour que vos plantes soient protégées de ses rayons brûlants, à l’exception des cactus qui se plairont en plein soleil, si ils y sont amenés progressivement et arrosés une fois par semaine.

     

    Pour conclure ce post de jardinage en juin, je voulais faire appel à votre bonne conscience et parler de l’économie de l’eau. Une ressource nécessaire pour le jardinier, mais au combien précieuse et rare, menacée chaque jour de diminution par le réchauffement climatique. Le gaspillage de cette ressource vulnérable a des conséquences sur l’environnement que nous pourrions éviter en pensant autrement notre arrosage. Il n’y a pas qu’une seule solution, mais plusieurs solutions se complètent. Pour envisager l’arrosage de vos plantes de façon raisonnée, commencez par analyser la qualité de votre sol et renseignez-vous sur les précipitations de votre région. Ainsi, vous pourrez adapter le choix de vos plantes (et de leurs besoins physiologiques) aux conditions climatiques.

    • Pensez à la couche de drainage au fond du trou à plantation pour éviter l’accumulation de l’eau.
    • Un binage vaut mieux que 2 arrosages, car vous augmenterez la capacité d’absorption de la terre et vous éliminerez les mauvaises herbes qui font de la concurrence à vos plantes.
    • Un arrosage économe est surtout une question d’heure. Aussi privilégiez l’arrosage le matin plutôt que le soir, car l’évaporation sera moins importante pendant la période estivale. Mais arrosez le matin en hiver pour éviter le gel de la nuit.
    • Préférez l’arrosoir, car il permet de mieux doser (surtout n’arrosez pas les fleurs, seulement les pieds des plants, pour que les maladies ne se développent pas).
    • Utilisez un pluviomètre pour savoir si vos plantes ont été suffisamment arrosées.
    • Laissez souffrir un peu vos plantes entre deux arrosages pour que le système racinaire se développe en profondeur.
    • N’hésitez pas à pailler le sol pour éviter l’évaporation de l’eau.
    • Faites fi de la pelouse qui jaunit irrémédiablement en été. Elle s’en remettra toujours à l’automne.
    • Arrosez de préférence abondamment et moins souvent, plutôt que peu et souvent. 
    • Enfin, la récupération de l’eau de pluie est une solution toute trouvée pour faire des économies. Il vous suffit de placer des contenants de fortune au niveau des descentes des gouttières. Vous récupèrerez de 5000 à 7000 L d’eau par an pour une maison de 100 m2.

    Ces quelques ruses de jardinage vous feront, je l’espère, passer un mois de juin au vert.

Archives

?>