Retour à la liste

  • 17
    juil.
    Jardinage / par : Anne

    Cueillette au verger en juillet

    Cueillette au verger en juillet

    Il y a quelques années, j’ai découvert cette pratique estivale qui consiste à aller cueillir soi-même ses fruits directement chez le producteur. Un vrai trio gagnant, si vous n’avez pas la chance de posséder vous-même un verger : un bon bol d’air, de la gourmandise et des prix intéressants. Il ne vous reste plus qu’à guetter la lune ascendante et à veiller à ce que la météo soit de bonne humeur, pour organiser cette petite promenade au verger.

    Quand vient l’été les fruits se gorgent doucement de soleil, et une fois bien mûrs, les vergers en débordent. Ceux qui possèdent des vergers bien garnis sont alors ravis d’accueillir des amateurs de picking à qui ils revendront leur récolte sans effort, mais à moindre prix.

    De quoi avons-nous besoin

    • D’un bon coup de main pour cueillir à même les branches les abricots, les pêches, les prunes, les pommes, les poires et les cerises.
    • Pour les plus outillés, ils feront appel à un cueille-fruit, avec perche télescopique et filet, pour atteindre les branches les plus hautes et cueillir les fruits délicats. D’autres auront recours à la perche en bambou pour taper sur les branches et faire tomber les fruits à coque qui ne risquent rien dans les filets (noix, noisettes).
    • Vous apercevrez sans doute au pied de certains arbres des filets aux mailles carrées, idéales pour faciliter la récolte des fruits tombés. Il vous suffira de refermer le filet pour récolter d’un seul coup de main l’ensemble de votre cueillette. D’ailleurs, je vous recommande vivement le filet de ramassage Captanet, si vous possédez chez vous des oliviers, des arbres fruitiers à reines-claudes, mirabelles, prunes ... Son utilisation est tout aussi recommandée pour le ramassage des feuilles mortes.
    • Les producteurs utilisent également les filets de protection type Birdnet, Easynet ou Pronet pour éviter que leurs fruits ne soient dévorés par les oiseaux. Une bonne astuce à retenir pour vos arbres, qu’en dites-vous ?
    • Bien entendu, vous aurez pris soin d’apporter des paniers à fond plat, de préférence, pour éviter que les fruits ne soient trop malmenés.

    Rendez-vous avec le soleil et la lune

    Le soleil est le facteur « Plus » à prendre en compte pour cette journée de cueillette. Outre le fait qu’il est plus agréable de faire cette activité lors des beaux jours, cela permettra surtout à ce que les fruits se conservent mieux puisqu’ils seront secs, et vous éviterez quelques chutes malheureuses sur les marches d’un escabeau mouillé.

    Pourquoi la lune ? Nombreux sont les jardiniers qui cultivent avec la lune, car elle influence des phénomènes naturels telles que les marées. Et bien les végétaux n’échappent pas à l’ascendant lunaire. Leur vigueur dépend des phases de la lune, il est donc tout à fait possible de jardiner en fonction des cycles du satellite pour en profiter au mieux. Observez de près la lune, car c’est lorsqu’elle monte qu’il est temps d’aller récolter les fruits. La sève des arbres montant alors vers les branches, les récoltes seraient plus savoureuses et de meilleure conservation.

    Cueillette pour consommation gourmande à point nommé

    Tous les paramètres sont réunis. Il fait beau, la lune est en période ascendante, le jour semble donc idéal. Vous vous dites que vous allez cueillir à tour de bras. Alors, avant de vous jeter les mains tendues vers tous ces arbres fruitiers, un petit laïus sur quoi cueillir, quand cueillir et quand déguster le fruit de la récolte, me semble intéressant.

    • Certains fruits peuvent être cueillis avant leur pleine maturité pour qu’ils soient consommés d’ici 2 à 3 semaines. C’est le cas des brugnons, des nectarines et des abricots.
    • Bien sûr, la plupart des fruits se cueillent lorsqu’ils sont bien mûrs pour profiter de leur saveur, mais leur consommation peut être plus ou moins différée.
    • Les fruits à manger immédiatement après leur cueillette, le jour même ou le lendemain au plus tard, sont les fraises, les mûres, les framboises, les figues et les groseilles.
    • Pour une consommation dans la semaine, vous pouvez cueillir les abricots, les brugnons, les pêches, les prunes, les cerises et les raisins.
    • Pommes, poires et fruits à coque (noix, noisettes) se garderont plus d’une semaine sans mal.
    • Certains fruits ne pourront être consommés qu’après un certain laps de temps, car ils continuent de mûrir après avoir été cueillis. C’est notamment le cas des kiwis, des poires d’été ou des pommes d’hiver.

    Enfin, sachez que tous les fruits gagnent à être récoltés le matin avant qu’ils ne soient chauffés par les rayons du soleil. De cette façon, les fruits auront une meilleure conservation et leur qualité gustative n’en sera que meilleure.

    A conserver sans modération

    Pensez à congeler. La qualité nutritionnelle des aliments est conservée si vous congelez après cueillette. Vous pourrez vous régaler tout au long de l’année en faisant des tartes, des compotes et des gâteaux.

    Tentez également de faire des coulis que vous congèlerez dans des bacs à glaçons ou conserverez dans des bocaux stérilisés à l’eau bouillante, fermés hermétiquement, le tout porté à ébullition au bain-marie pendant 5 à 10 minutes.

    Les fruits séchés, une méthode originale de conservation à réaliser au four à 50°C, à découper en fines tranches ou en morceaux. Plus ce sera fin et petit, plus vite cela sèchera. Une fois vos chips secs, conservez-les dans une boîte hermétique pour éviter qu’ils ne prennent l’humidité.

    Les traditionnelles confitures sont une gourmandise inévitable dont je vous donnerai une recette juste après.

    Enfin, pour retrouver le goût des conserves d’antan, demandez à votre grand-mère la recette des fruits en bocaux, car le procédé varie en fonction des fruits, de leur acidité, de leur teneur en sucre, et j’avoue ne pas être une experte sur ce sujet, si ce n’est pour les manger.

    Cueillette au grand air des montages

    Pour ceux qui aiment la cueillette plus sauvage, au grand air des montagnes, laissez-vous tenter par la myrtille. Sa cueillette a pour particularité d’être effectuée à l’aide d’un peigne. Un outil ancestral muni de nombreuses dents qui permet de cueillir en masse sans détacher les feuilles de l’arbuste. La récolte des myrtilles s’échelonne de juin à septembre selon les variétés, et je ne cache pas mon impatience à y retourner d’ici quelques semaines.

    Clara, une amie juracienne fervente amatrice de confitures faites maison, nous a fait découvrir cette pratique l’année passée au cours d’une balade gourmande dans ses montagnes. A la fraîche, nous avons entamé notre petite récolte et confectionné le soir venu les fameuses confitures. 

    • Etape au préalable, le nettoyage des baies bleues pour retirer toutes les feuilles. La bonne astuce pour un nettoyage rapide est de se doter d’une planche en bois à humidifier, sur laquelle, une fois inclinée, se colleront les feuilles, tandis que les myrtilles rouleront vers le bas.
    • La suite se passe en cuisine : pour 1 kg de myrtilles, faites fondre 700 gr de sucre dans 2 verres d’eau et laissez cuire 5 min après ébullition. Ensuite, vous jetterez les fruits dans la casserole en laissant cuire à petits bouillons pendant 20 minutes, tout en remuant constamment. La consistance idéale est lorsque la confiture nappe la cuillère en bois. Si elle vous semble trop liquide, refaites-la cuire quelques minutes. Enfin, mettez en pots et fermez vite le couvercle sans trop forcer pour que l’air chaud soit emprisonné, puis retournez le pot sur le couvercle pour stériliser la fermeture. Une fois froid, vous pourrez retourner le pot dans le bon sens.
    • Quand l’heure de la dégustation aura sonné (vous pouvez attendre jusqu’à 3 mois environ), vous ouvrirez le pot et le « plop » du couvercle vous annoncera que la confiture a bien été conservée.

     

    La cueillette en libre service est l’occasion pour tous de se rendre compte que les fruits ne poussent pas au supermarché, mais demandent de l’attention. Un moment de partage qui remporte un franc succès depuis quelques années, alors n’attendez plus pour aller faire vous-même votre cueillette d’été, et pensez aussi aux primeurs, ces jeunes légumes croquants et savoureux prêts à être ramassés. Une activité ludique et éducative pour les enfants, à faire un dimanche matin en famille. Alors faites comme moi, guettez la lune et la météo.

Archives

?>