Retour à la liste

  • 04
    jan.
    Jardinage / par : Antoine

    Le jardinage thérapeutique

    Le jardinage thérapeutique

    Je vous avais parlé dans un précédent billet des bienfaits du jardinage sur la santé d’une manière générale. En effet, le jardinage est reconnu comme une activité bénéfique pour la santé physique et mentale.
    Nous allons nous intéresser aujourd’hui à l’aspect mental et aux avantages du jardinage sur l’esprit. Le jardin est une thérapie et certains exemples vont nous montrer que cette activité est utilisée pour guérir sinon aider des personnes atteintes de certaines maladies.

    Qu'est ce que l'hortithérapie ?

    L’hortithérapie est une pratique reposant sur l’action du jardinage sur le corps, le psychisme et le mental. Le jardin est alors perçu comme un véritable thérapeute car il va pouvoir accompagner des personnes malades dans leur guérison ou leur adaptation à un environnement. Attention à ne pas confondre l’hortithérapie avec la phytothérapie qui est l’action de se soigner par les plantes en les mangeant, en les faisant infuser ou encore en les appliquant sur des parties douloureuses de notre corps.

    Fondée au 18ème siècle par le psychiatre américain, Benjamin Rush, l’hortithérapie est une pratique encore peu développée en France même si nous verrons ensuite que des efforts ont été faits et que cette pratique tend à prendre de l’importance dans la relation que l’on a avec la maladie.

    La clef de l’hortithérapie va alors être d’effectuer un travail sur la fibre émotionnelle de chaque individu pour accompagner certains traitements de maladies comme : l’autisme, la dépression ou encore l’épilepsie. Les défenseurs de l’hortithérapie ne considèrent pas que cette pratique puisse remplacer la médecine mais elle va aider le patient à surmonter et lutter contre sa maladie. La maladie d’Alzheimer et les psychoses d’une manière générale sont des maladies pour lesquelles le jardinage est préconisé. A ce propos, le dernier plan Alzheimer déployé en France oblige par exemple les unités Alzheimer, des structures hospitalières, à se doter d’un jardin thérapeutique dans lequel patients, soignants et familles des patients peuvent se rencontrer et échanger plus facilement.

    Jardiner pour lutter contre Alzheimer

    De plus en plus de jardins thérapeutiques voient le jour en France pour accompagner les malades d’Alzheimer, les aider à surmonter leur maladie et pour tenter de repousser les effets de la maladie. En effet, le fait de jardiner va avoir une action positive sur le moral car le jardinage est une activité extérieure qui va véritablement trancher avec la routine quotidienne. Le fait d’encourager à la pratique du jardinage va également introduire de nouvelles formes de communication entre les participants et les rendra plus autonomes dans la gestion et la culture d’un jardin de fruits et légumes.

    Ces jardins sont aménagés de telle sorte qu’ils sont parfaitement adaptés aux besoins et aux conditions des personnes malades. En effet, les associations d’aide aux patients et les maisons médicalisées par exemple vont pouvoir créer ce genre d’espaces dans des lieux adéquats. Ces espaces seront alors ouverts et sécurisés pour que les personnes puissent participer au jardinage et à la culture de différents fruits, légumes et plantes aromatiques. Ces jardins sont également conçus et pensés pour l’accueil des personnes âgées : les plantations sont positionnées en hauteur dans des mini-potagers ou des jardins suspendus pour ne pas avoir à se baisser. Aussi, d’autres plantations sont installées sur de simples tables pour que les personnes en fauteuil roulant puissent accéder aux cultures. Dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer, l’éveil des sens est primordial et le jardinage va pouvoir permettre de travailler sur chacun des 5 sens : l’odorat, l’ouïe, le toucher, le goût et la vue. Ainsi, les fruits et légumes choisis auront des couleurs différentes : une forte alternance des couleurs va permettre de stimuler la vue des patients (rouge de la tomate, orange de la carotte ou encore le vert de la salade). Ensuite, pour stimuler le toucher et l’odorat des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, la culture de plantes aromatiques comme la menthe est idéale. La texture douce et l’odeur agréable de la menthe sauront éveiller les sens de chacun. Pour également faire travailler l’ouïe, des fontaines sont souvent installées dans ce genre de jardin et tous espèrent pouvoir entendre le doux bruit que feront les oiseaux venant construire leur nid dans les arbres. Enfin, en cuisinant les produits récoltés, les personnes cultivant ces petits jardins thérapeutiques pourront avoir le plaisir de goûter à des produits frais…

    Les résultats perçus sur le moral des patients profitant de ces jardins thérapeutiques sont rapidement visibles. En leur offrant plus de liberté et une certaine autonomie pour des activités en extérieur et en lien direct avec la nature, ces personnes sont plus sereines et le moral s’améliore. En effet, des études montrent que les personnes concernées ont une meilleure qualité de sommeil, moins de réactions violentes ou incontrôlées et une meilleure socialisation grâce aux rencontres faites dans le cadre sympathique et agréable qu’est le jardin. Les patients sont sondés pour connaître leur ressenti et avoir des demandes d’évolution du jardin pour avoir un impact encore meilleur sur la santé de chacun. D’autres utilisations du jardin peuvent être faites pour aider à soigner d’autres maladies …

    Le jardinage, un outil thérapeutique contre les psychoses et la violence

    Le jardinage peut également être une activité qui va accompagner des personnes violentes ou atteintes de psychoses dans le but de leur apporter calme et tranquillité. Ce genre de dispositif a déjà était mis en place notamment pour aider de jeunes délinquants à se réinsérer par exemple. L’idée peut paraître légère et utopiste, mais des exemples concrets existent et les résultats sont encourageants.

    En 2008, par exemple, un jardin pour patients atteints de troubles psychiatriques et luttant contre leurs psychoses a par exemple vu le jour à Grenoble. Ce dispositif s'avère être efficace pour plusieurs raisons :

    • Les personnes concernées se retrouvent hors de murs d’un hôpital ou d’un centre d’accueil et ressentent une sensation de liberté.
    • La parole circule mieux et les personnes se libèrent petit à petit.
    • Aussi, le rapport de soignant à patient s’efface au fur et à mesure. Tout le monde travaille dans le but de réussir le jardin.

    Ainsi, comme pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer, la dimension sensorielle est très forte.

     

    Le jardin, en plus de permettre de récolter des fruits et légumes de sa propre création, est un lieu qui apporte un certain apaisement et c’est principalement pour cette raison que le jardinage est une activité pouvant aider des personnes atteintes de certaines maladies.

Archives

?>