Retour à la liste

Les semis

Tandis que les marqueurs du froid sont encore présents tout autour de nous et que la neige ne semble pas si lointaine, certains s’activent déjà côté jardin. C’est le moment idéal pour commencer à travailler ses premiers semis.

Où, quand et comment réussir ses semis ?

Chaque plante a des besoins différents en chaleur. Il faut donc semer à l’intérieur (en caissette, en terrine, en godet), sous abri (sous châssis, sous tunnel), ou en extérieur. Mais que cela soit en intérieur ou en extérieur, il faut savoir quel support choisir et pour quel type de plante. Suivez nos conseils de jardinier aguerri. 

Des semis bien au chaud

Bien qu’il gèle encore dehors,  il est conseillé de semer ses premières graines à la fin de l’hiver pour avancer les récoltes, en veillant à ce que chaque semis reçoive suffisamment de lumière.  

Les plantes originaires des climats tropicaux sont notamment demandeuses de ce genre d’attention. Tout comme les tomates, les aubergines, les bégonias, mieux vaut commencer les semis à la fin de l’hiver, plutôt que d’attendre que les beaux jours soient présents et ne réchauffent l’atmosphère.

Vous réaliserez des semis bien au chaud, sous abri plus ou moins chauffé.

  • En caissette,  pour les légumes à repiquer (choux, poireaux) ou à cultiver (radis noir) en place dans quelques centimètres de terreau. Les aubergines et les tomates trouvent, elles-aussi, leur place et profitent d’un plein épanouissement. (Kit planting).

Il est possible d’utiliser, dans le cas où vous ne disposeriez pas d’une serre ou d’une véranda chauffée, une mini-serre chauffante (Heating grow) pour obtenir une chaleur d’appoint.

  •  En godet, le Growing pots ou Plast pot sont idéals pour les plants qui restent en place le plus tard possible jusqu’à la transplantation à l’extérieur bien enracinés avec leur motte de terre.  Vous sèmerez autant de godets que de plants nécessaires.

Que sème t-on ? Les espèces à grosse graine qui poussent vite et qui supportent mal le repiquage, et dont on a besoin qu’en petit nombre : aubergines, concombres, cornichons, courgettes, melons, pastèques, tomates... etc. (Growing pots).

La bonne astuce est de semer 3 ou 4 grosses graines, ou 5 à 7 petites graines, dans un godet et de ne conserver que le plus beau plant. Le godet Growing pot est biodégradable (fibre de bois) et permettra un repiquage direct le dans le sol.

Le point GEO : Dans le Sud-Ouest et le Midi, il est possible de semer ces espèces directement en pleine terre, à condition d'attendre que le sol soit suffisamment réchauffé. 

  • Les semis

    Des semis en extérieur bien à l'abri

    Il est possible de réaliser des semis précoces (betteraves, carottes, céleris, choux, laitues, navets, pignons, petits pois, radis, tomates...), à condition de les protéger et de choisir des variétés adaptées aux cultures précoces. Châssis ou tunnel plastique, durant la journée le verre et le plastique concentreront les rayons du soleil pour que la température à l’intérieur s’élève nettement, facilitant la croissance des plants jusqu’à gagner deux semaines environ pour les légumes les plus rustiques.

    • Le châssis est le système le plus classique. Il est constitué d'un coffre (en bois, en métal, en brique) recouvert d'une plaque transparente (en verre ou plastique) qui se soulève facilement (pour l'aération et permettre les arrosages). Sans fond et à même la terre, vous sèmerez directement sur une couche épaisse de terreau ou dans des bacs disposés à l’intérieur du châssis.

    Que sème t-on ? Laitues, radis, poireaux, choux-fleurs, les légumes les plus rustiques trouveront bonne place. Fleurs et tomates peuvent être placées à l’intérieur du châssis, mais uniquement dans la journée et par beau temps.

    La bonne astuce : si la nuit risque d’être glacée, utilisez un rouleau de paille de riz pour recouvrir le châssis, cela protègera vos semis.

    • Les tunnels offrent une excellente luminosité et protègent du froid les semis et les jeunes plants. Ils ne sont pas une arme absolue contre le froid, mais une bonne protection contre les courants d’air et l’humidité.

    Les tunnels sont faciles à utiliser, car ils peuvent être installés rapidement sur des semis en place en cas de coup de froid durant la journée ou la nuit. Dans de telles conditions climatiques, rappelez-vous que les légumes peuvent être stressés et peuvent avoir du mal à germer ou à s’épanouir. Très pratiques à installer et faciles à déplacer, vous pourrez aérer très facilement les cultures en relevant le film plastique d'un côté, évitant ainsi le développement de pourriture et les éventuels « coups de chaleur » lors des journées ensoleillées du mois de février.

    • Sur des plantes plus grandes, comme le maïs par exemple, il est possible d’utiliser du film plastique perforé pour les protéger (Climair Film à plat). Le film plastique agit comme une mini-serre durant les premières semaines de pousse. La plante est alors protégée du gel, assurant une levée précoce et traverse le film plastique pour prendre de la hauteur.

    La bonne astuce : Une technique couramment pratiquée en maraîchage, car elle permet de protéger les semis, de hâter les cultures et de récolter plus précocement les légumes. Elle consiste à étaler sur le sol et sur les semis un voile non tissé qui va favoriser la germination des graines et la croissance des plantes. Ce voile sert aussi de protection contre les insectes et les pluies battantes.

    Il ne vous reste plus qu’à semer, puis juste un peu de patience pour profiter de votre jardin-potager sous les rayons du soleil.

?>