Retour à la liste

  • 16
    juin
    Jardinage / par : Anne

    Un jardin sous les orages

    Un jardin sous les orages

    Et c’est là que tout à coup le temps a viré à l’orage .... Ah la belle nature ! Merveilleuse et pleine de vie qui subit les aléas climatiques, se retrouvant parfois la tête penchée sous les intempéries, parfois se dorant sous le soleil. En cette période estivale, nos émotions semblent aussi contrastées que le temps, sans doute sujet au climat qui nous conditionne.

    Cette journée printanière nous offrait un temps superbe

    Le ciel était d’un bleu si pur et le soleil chauffait nos épaules que toute la famille s’était installée sur les transats au milieu des lys, des iris, des roses et des mufliers. Les enfants s’en donnaient à cœur joie à vider la petite bassine d’eau. Quant à la dame de ces lieux, elle semait ses dernières annuelles pour pouvoir profiter tard dans la saison des euphorbes, des capucines et des chrysanthèmes.

    Potées fleuries pour l’été

    Je m’employais de mon côté à réaliser quelques potées fleuries. Une chic idée pour l’été qui permet de créer un joli décor estival. Elles trouvent aussi bien leur place sur le patio, le balcon, la terrasse, ou dans un coin du jardin. Elles ne durent qu’une saison, mais animeront à merveille vos espaces de vie.

    Je vous livre sans plus tarder quelques astuces :

    • Décidez sur quel camaïeu de couleurs vous souhaitez jouer : blanc, bleu, jaune, rouge. Faites des associations pleines de charme. Ne mélangez pas plus de 3 ou 4 couleurs en harmonie ou en contraste.
    • Vous intègrerez toujours dans le fond de la plantation 3 cm de cailloux au minimum ou des billes d’argile.
    • Le terreau que vous ajouterez sera de bonne qualité et, combiné à la terre du jardin, il aura plus de consistance.
    • Les contenants que vous choisirez seront de belle taille.
    • Associez des plantes à ports complémentaires, c’est à dire les ports dressés à côté des ports retombants.
    • Vous placerez vos compositions d’abord à la mi-ombre et à l’abri du vent pendant quelques jours pour l’acclimatation. Vous tournerez vos plantes d’1/4 de tour tous les deux jours pour éviter qu’elles ne se développent que d’un seul côté.

    Quelques idées fleuries :

    • Déclinaison de tons chauds : coléus, dalhias, coréopsis. Fusain et lotier rampant illumineront l’ensemble.
    • Pour une potée tonique : un géranium rouge flamboyant et un feuillage de patate douce (ça pousse vite, faites attention), ou encore impatiens rouge, pétunias rose et œillets d’Inde formeront un feu d’artifice floral.
    • Simple et élégant : mariage d’un gardénia et d’un gaura blanc.
    • Faites la part belle au bégonia installé confortablement, et seul, dans sa potée.

    Orage à l’horizon

    La petite nappe de nuages vint rafraîchir le décor et ce n’était pas plus mal en réalité. Mais quand le nuage, un peu trop noir, sembla vouloir se mêler au décor, le jardin tout à coup devint moins accueillant, et c’est à l’arrivée des quelques gouttes de pluie que chacun abandonna sa rêverie et ses occupations. Le vent se mit à souffler, les grondements se firent entendre. Le ciel faisait des siennes et il fallait s’attendre à ce que ça souffle plus fort. Le temps virait à l’orage.

    C’est là que tout à coup des bruits sourds se firent entendre au loin, puis de plus en plus proche, et de plus en plus fort. La grêle s’approchait sur le jardin fleuri tambour battant, et nous ne faisions pas les fiers croyez-le bien. Happés par la tragédie qui se jouait sous nos yeux, nous étions collés aux fenêtres, hébétés par le spectacle. Des grêlons, gros comme des balles de tennis, tombaient du ciel que pas même Nadal n’aurait réussis à renvoyer.

    5 petites minutes auront suffi

    Le match fut rapide, et la grêle fut inévitablement déclarée vainqueur du tournoi face au jardin. Les dégâts étaient importants. Rosiers, fruitiers, potagers, et autres plantes d’ornement ... Tout était sans dessus-dessous, et c’est sous un ciel redevenu d’un bleu limpide que nous découvrions les ravages de Dame Nature.

    Jardinage d’après grêle

    Le végétal repartirait dans 1 à 3 semaines c’est certain, mais pas avant un peu coup de main, car les impacts de grêle sont autant de portes d’entrée pour les parasites.

    • Les feuilles hachées des rosiers devront être coupées au sécateur, et si vous constatez que la tige est abîmée, il faudra la couper au-dessus d’un bourgeon pour qu’il reparte.
    • Pour les fruitiers, cueillez les fruits mûrs avant qu’ils ne pourrissent. Pour ceux qui sont abîmés, vaporisez-les de bouillie bordelaise anti-pourriture dans les 24 heures après la grêle. Et pour les petits fruits, faites comme avec les rosiers. Rabattez-les jusqu’à la partie saine. La prochaine fois, pensez à utiliser le filet de protection Protect Fruit qui vous permettra d’éviter de tels dégâts.
    • Côté potager, tuteurez lorsque cela est nécessaire, et cueillez les fruits et légumes prêts à être récoltés. Traitez avec la bouillie bordelaise les plus abîmés, et lorsque le plant de légumes est trop abîmé remplacez-le.
    • Pour les plantes d’ornement, lorsqu’elles sont écimées, il faudra couper de façon franche et propre la partie déchirée.
    • Lorsque la terre sera asséchée, il faudra biner et sarcler pour ameublir le sol, casser la croûte formée sous l’action de la pluie, et pailler en couches épaisses pour ne pas laisser la terre nue.

    Je passerai sur le sujet délicat de mes jolies potées fleuries, toutes allongées sur le sol dans un piteux état qui me firent passer du blanc livide avec cette nuée de grêle, au rouge pivoine en découvrant le désastre. Tout était donc à refaire, et autant vous dire que les cieux ont dû entendre mon courroux.

     

    Ah la belle journée que voilà ! D’abord tranquillement détendue et profitant des rayons du soleil, badinant au jardin entre potées fleuries et un verre de citronnade. La seconde suivante, camouflée derrière les fenêtres pour éviter que le ciel ne nous tombe sur la tête, et finissant ma journée à maudire le ciel, le temps et le jardin laissé dans un piteux état. Etrange paradoxe. Soleil de plomb pendant des jours, cigales chantant dans le doux air du printemps, puis en un rien de temps, changement d’humeur. Le décor vire à l’orage et notre humeur devient tout aussi maussade, à croire que nous sommes les sujets du temps qui passe.

Archives

?>