Retour à la liste

  • 05
    fevr.
    Jardinage / par : Aubin

    Qu’est-ce que le mildiou et comment l’éviter ?

    Qu’est-ce que le mildiou et comment l’éviter ?

    Véritable fléau au jardin potager, le mildiou est l’une des principales maladies qui doit inquiéter les jardiniers, du plus amateur, au maraîcher professionnel ! Au programme de cet article, reconnaître le mildiou, prévenir son potager contre son apparition et enfin combattre la maladie si elle se déclare.

     

    Qu’est-ce que le mildiou et comment le reconnaître ? 

    Sur ce blog nous avons mentionné à plusieurs reprises les maladies cryptogamiques, et bien le mildiou en est une, et pas des moindres, car elle peut décimer toute une parcelle de jardin potager en peu de temps. Ce parasite peut être tellement ravageur qu’il est à l’origine de la tristement célèbre crise de la pomme de terre, à l’origine d’une forte période de famine en Irlande. 

    Longtemps considéré comme un champignon, le mildiou est en fait un type de micro-organismes que l’on appelle les oomycètes, qui partagent des caractéristiques avec les champignons mais aussi avec les algues. Tout comme le champignon, ce parasite se reproduit par le biais de spores qui peuvent survivre l’hiver et infecte les plantes en déployant un filament mycélien qui pénètre à l’intérieur des tissus.  

    Il est vrai que cela peut paraître très technique, mais reconnaître le mildiou est assez aisé, les symptômes sont les suivants :  

    • Des taches brunes, voire jaunâtres apparaissent sur le dessus des feuilles. 

    • Ces taches correspondent au mycélium présent au-dessous des feuilles, il prend l’apparence d’un duvet blanc. 

    • Si rien n’est fait, les feuilles entières vont pourrir. Puis les taches brunes vont se propager au reste de la plante, enfin les fruits ou les tubercules vont pourrir à leur tour en dégageant une odeur caractéristique. 

    Le mildiou est une appellation regroupant plusieurs parasites de la même famille, il existe quasiment un type de mildiou par espèce touchée. 

    En effet, cette maladie peut toucher de nombreuses plantes cultivées au potager, comme les tomates et les pommes de terre, mais aussi les rosiers et les vignes. Le mildiou de la vigne est très connu des viticulteurs, mais il peut aussi infecter vos vignes grimpantes d’apparat.  

    Comment éviter l’apparition du mildiou ? 

    Comme la plupart des maladies cryptogamiques, l’apparition et la propagation du mildiou sont favorisées par la chaleur et l’humidité. De fait, votre potager est plus sensible lors des étés orageux, quand les températures oscillent autour des 20°c et que les plantes sont souvent arrosées par la pluie.  

    De plus, les spores survivent d’une année à l’autre dans le sol. C’est en connaissant mieux les facteurs favorisant son apparition que nous pouvons trouver des astuces pour éviter les attaques de mildiou !  

    • Comme le mildiou reste dans le sol, nous vous conseillons d’avoir recours à la rotation des cultures (nous en parlons dans notre guide du potager pour débutant). Alternez d’une année à l’autre les plantes plus ou moins sensibles au mildiou. 

    • Pour protéger vos cultures de la pluie, qui favorise l’apparition du mildiou, vous pouvez également choisir de planter sous un abri, en veillant à ce que ceux-ci soient bien aérés ! 

    • Respectez une bonne distance entre deux plants, notamment pour les pieds de tomates. Cela aère votre potager, permet aux feuilles de sécher plus facilement et permet d’éviter (ou de retarder) la propagation de la maladie. 

    • Toujours pour éviter l’humidité sur les feuilles, veillez à arroser au pied (contrairement à l’aspersion des feuilles). 

    • Le paillage de vos plants est souvent conseillé pour lutter contre le mildiou. Vous pouvez retrouver un article entièrement consacré au paillage

    • Enfin, le purin d’ortie est réputé pour son action préventive contre le mildiou, en plus d’être un engrais naturel en accord avec les principes d’agriculture biologique. 

    Que faire si le mildiou attaque quand même votre jardin ?  

    Si malgré tous vos efforts vous constatez tout de même la présence du mildiou sur un de vos plants, il existe tout de même des traitements pour arranger la situation. 

    Dès les premiers signes d’attaque vous devez couper la partie infectée et vous en débarrasser. Ne laissez sous aucun prétexte de feuilles mortes au sol, car elles risquent toujours de transmettre la maladie.  

    Parlons désormais des produits phytosanitaires : beaucoup de guides conseillent d’utiliser la bouillie bordelaise pour combattre le mildiou. Cependant, ce traitement à base de sulfate de cuivre ne fait pas l’unanimité parmi les jardiniers. 

    Malgré son autorisation en jardinage et agriculture biologique, la bouillie bordelaise peut être toxique si utilisée en grande quantité. C’est pourquoi nous vous conseillons d’autres alternatives plus respectueuses :  

    • Une solution à base de bicarbonate de soude : mélangez une cuillère à café de bicarbonate de soude pour chaque litre d’eau et ajoutez quelques grammes de savon noir pour aider la solution à se fixer sur les plantes. Pulvérisez dès les premiers signes d’apparition de la maladie, vous pouvez aussi l’utiliser en prévention quand les temps humides et chauds arrivent

    grande bardane pour purin anti mildiou

    • Le purin de bardane : la bardane est une plante que l’on peut trouver dans la nature, mais que certains cultivent également. Mélangez 100 grammes de bardane finement hachée pour chaque litre d’eau. Laissez macérer plusieurs jours en remuant quotidiennement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles, puis filtrez la solution (attention à l’odeur !). Mélangez à nouveau votre potion avec de l’eau : 1 volume de substance pour 4 volumes d’eau, il ne vous reste plus qu’à asperger ! 

Archives

?>