Retour à la liste

  • 15
    avr.
    Jardinage / par : Aubin

    Guide de l’association de légumes en permaculture

    Guide de l’association de légumes en permaculture

    En permaculture, associer différents légumes compatibles sur votre parcelle potagère permet de les protéger des nuisibles et d’augmenter la quantité de vos récoltes, sans aucune utilisation d’engrais chimiques ou de pesticides.

    Ces techniques que l’on peut aussi appeler “compagnonnage” s’utilisaient déjà avec succès par nos ancêtres aux quatre coins du monde. Pourquoi ne pas les essayer vous aussi ? Que vous ayez entrepris de créer un jardin potager en permaculture ou que vous souhaitiez faire profiter votre potager classique des bienfaits de la nature.

    Les grands principes du compagnonnage

    Il existe différents types de bénéfices à attendre d’une bonne association de légumes en permaculture :

    • Les bonnes plantes peuvent se protéger mutuellement de certaines maladies et repousser des insectes ravageurs néfastes à leurs compagnes.
    • Les légumineuses peuvent recycler l’azote de l’air et le transmettre au sol pour l’enrichir
    • Les jardiniers les plus rationnels apprécieront l’économie d’espace en profondeur, en largeur comme en hauteur d’un bon accompagnement de cultures. La rentabilité d'un mètre carré de potager peut alors augmenter. De la même manière, ils pourront alors mieux profiter du cycle de culture, en alternant la culture de plantes au cycle court et au cycle long pour minimiser les temps morts sans épuiser le sol.

    Pour profiter de tous ces bienfaits, il faut cependant respecter plusieurs règles de bases. Tout d’abord, un jardin potager en permaculture, ou un jardin potager classique combinant différentes plantes sur une même parcelle, se conçoit en étages.

     Les étages supérieurs font de l’ombre aux étages inférieurs et ceux-ci recouvrent le sol pour éviter l’apparition de mauvaises herbes, cela veut dire qu’il ne faut pas placer de légumes qui ont besoin de beaucoup de soleil en dessous des grimpantes.

    Cela veut également dire qu’il ne faut pas disposer deux plantes au développement similaire côte-à-côte, pour ne pas qu’elles se gênent mutuellement dans leur croissance.

    Autre point qui mérite votre attention : deux plantes peuvent se protéger mutuellement en théorie, mais en pratique vous ne pourrez pas les faire pousser ensemble. Pour réussir vos associations de légumes, vérifiez que ceux qui vous intéressent aient alors les mêmes besoins en termes de qualité du sol ou d’arrosage.

    Vous avez désormais les bases pour choisir vos plantes à associer en permaculture. Vous n’êtes pas convaincu ou avez du mal à visualiser comment les plantes peuvent concrètement s’aider mutuellement ? Vous avez sûrement besoin d’un exemple reconnu et qui fonctionne depuis des siècles, cela tombe bien nous en avons un !

    L’exemple de l’association “des 3 sœurs"

    Cette combinaison nous vient d’outre Atlantique et a été utilisée par d’innombrables générations, depuis les anciennes civilisations sud-américaines. La technique de compagnonnage dite “des 3 sœurs" consiste à cultiver 3 légumes complémentaires sur une même parcelle : le maïs, les haricots grimpants et les courges.

    En effet, si l’on reprend le principe des étages que nous avons évoqué précédemment, le maïs constitue l’étage le plus élevé, les haricots l’étage intermédiaire et les courges l’étage inférieur, au plus près du sol.

    Le maïs va alors servir de tuteur naturel aux haricots grimpants, ceux-ci en leur qualité de légumineuses, vont capter l’azote présent dans l’atmosphère et enrichir la terre de cet azote pour favoriser la croissance des autres légumes. Les courges, quant à elle, vont recouvrir le sol et vont servir en quelques sortes de paillage naturel et conserver l’humidité du sol.

    Pour illustrer notre conseil sur l’exposition, cette combinaison est parfaite car la courge supporte très mal le soleil en été. Les deux étages supérieurs aident encore une fois les courges en projetant leurs ombres sur celles-ci !

    Quels légumes associer entre eux ?

    Pour définir de bonnes associations de légumes en permaculture, vous devez savoir que toutes les plantes ont des “compagnes” avec lesquelles elles s’entendent bien, mais aussi d’autres avec lesquelles il ne faut pas les mélanger. Pour vous aider à démarrer, voici une sélection de légumes qui ont beaucoup de bonnes affinités et des exemples de comment les accorder :

    • Les carottes s’accordent facilement avec énormément d’autres plantes. Vous devez juste éviter de les placer à proximité de menthe, de betterave ou de persil. Une bonne association pour favoriser la croissance des carottes est de les semer mêlées à des radis, puis de planter aux abords des poireaux ou des salades. On récolte d’abord les radis puis les salades, ce qui laissera toute la place qu’il faut à vos carottes pour s’épanouir.
    • Les petits pois vont parfaitement accompagner les tomates, salades, courgettes ou encore les pommes de terre. Par exemple, les pois permettent de repousser les doryphores qui raffolent des pommes de terre. Pour les associer, entourez vos rangs de pomme de terre avec des plants de petits pois, en veillant à bien laisser 50 cm d’écart.
    • Les tomates ont de très nombreux alliés au jardin qui pourront la protéger des insectes néfastes. De son côté, elle sera ravie d’apporter de l’ombre aux légumes de l’étage inférieur, comme les laitues, les poireaux, ou encore les carottes. Attention à ne pas la placer trop près de chou rouge ou de fenouil par exemple.
    • L’ail aussi a la particularité de tenir les insectes à distance, il peut être un bon allié pour les chicorées, les tomates, ou encore les fraisiers.

    Associer des fleurs à votre potager

    En plus d’associer des légumes entre eux, vous pouvez également ajouter des fleurs à votre jardin en permaculture ! En plus d’embellir votre potager en y ajoutant de la couleur, les fleurs peuvent avoir de nombreux avantages.

    Tout d’abord, elles prendront de la place qui pourrait être occupée par des mauvaises herbes et préviennent donc de leur prolifération. Les fleurs, tout comme certaines plantes aromatiques, dégagent une odeur qui peut attirer des insectes : elles détournent donc les raveurs de vos légumes, tout en attirant les insectes auxiliaires (pollinisateurs) afin de favoriser le développement de vos légumes-fruits. Certaines font carrément fuir certains insectes néfastes.

    Voici quelques exemples de fleurs couramment utilisées comme compagnes des légumes :

    • Le souci repousse les insectes qui peuvent menacer vos carottes, choux et laitues, il protège également les rosiers de certaines maladies cryptogamiques.
    • L’œillet dinde fait fuir les insectes et s’accorde particulièrement bien avec les tomates, les haricots, les poireaux ou encore les pommes de terre.
    • Le cosmos protégera vos choux en attirant les insectes auxiliaires, notamment ceux qui se nourrissent des prédateurs du chou.
    • La capucine éloigne les punaises par exemple, elle s’accommode bien des choux, des tomates ou des radis.

    Voilà, vous avez désormais les bases pour bien débuter un potager en permaculture et ne plus avoir besoin de produits chimiques pour garder votre jardin en bonne santé !

    N’hésitez pas à expérimenter vos propres associations de légumes, en faisant attention à ce que vos associations n’aillent pas à l’encontre des quelques règles vues plus haut.

     

    guide association legumes permaculture

Archives

?>